Chlocha mi Yodéa – Birkat Hakomel

Une personne ayant voguée dans un bateau de plaisance pour faire une traversée en mer, doit-elle faire lors de son retour (Saine et sauve) sur la terre ferme, la bénédiction du Gomel (en présence bien sûr d’un minyane, de préférence à la synagogue, lors d’une lecture de la Torah) ?

Par Yaakov Guetta

Question : Une personne ayant voguée dans un bateau de plaisance pour faire une traversée en mer, doit-elle faire lors de son retour (Saine et sauve) sur la terre ferme, la bénédiction du Gomel (en présence bien sûr d’un minyane, de préférence à la synagogue, lors d’une lecture de la Torah) ?

Réponse : Selon l’habitude ashkénaze, il ne fera pas la bénédiction du Gomel lors de son retour sur la terre ferme, sauf si son bateau prenant le large ait atteint la haute mer (là où les eaux sont très profondes) et y ait demeuré plusieurs jours.

Selon l’habitude séfarade, la bénédiction du Gomel sera faite même si on a effectué une traversée qui n’est pas faite dans une zone maritime aux eaux profondes, dans la mesure où cette traversée ou promenade en mer a duré au moins 72 minutes.

Cependant, si son bateau a pris le très grand large, si bien qu’en atteignant la haute mer (et donc des eaux très profondes), il ne parvient plus à voir les côtes, il fera la bénédiction du Gomel même si sa traversée a duré moins de 72 minutes.

Source : “Halikhot moed” page 212

Related Articles