Home ParachaChémot La Paracha de Tetsavé

La Paracha de Tetsavé

Par Yaakov Guetta

La Paracha de Tetsavé

Il est écrit dans la paracha de cette semaine : (verset 6 – chapitre 6 ou) : ” ועשו את האפד זהב תכלת וארגמן תולעת שני ושש משזר מעשה חשב ” « Ils feront l’Ephod (genre de tablier) d’or, d’azur et de poupre rouge, d’écarlates et de lin fin tressé, œuvre d’artiste ».
Rabbi yossef ‘Haim de Bagdad se propose de commenter chaque mot de ce verset magnifiquement dans son livre « עוד יוסף חי ». Il utilise pour cela le mode d’interprétation de l’allusion que cache ce verset. Selon lui, le Ephod allusionne le vêtement spirituel de lumière (כותונת דרבנן) qui habillera la Néchama dans le monde futur et auquel l’homme doit songer préparer à travers l’accomplissement des Mitsvot ici-bas.

Cependant, le Yetser hara nous aveugle en nous amenant à rechercher les biens matériels, à courir de manière effrénée derrière l’or et l’argent. Par conséquent, face à cette poursuite de l’or (זהב, cité par notre verset), l’homme se doit d’observer le תכלת (que cite aussi notre verset après le mot זהב) évoquant la couleur du trône céleste. D’autre part, le terme תכלת ayant la même racine que תכלית (la finalité, le but) nous amène d’après le Ben Ich Hay a cherché les lettres placées à la fin (תכלית), c’est-à-dire après les lettres constituant le mot זהב précédant le terme תכלת).

On obtiendra ainsi le mot « חוג » synonyme du mot « עיגול » signifiant « rond ». Ce terme représente la forme de l’argent (des pièces de monnaie) qui roule et circule d’individus à des individus. Personne, nous disent nos sages, n’a l’assurance, la certitude de le garder. Peut-être, tombera-t-il dans les mains d’un autre. Comme dit le proverbe « la roue tourne ». Pourquoi alors déployer tant et tant d’efforts pour le poursuivre et le convoiter ?

Et si certains argumentent : « que faire, la nature de l’homme est ainsi faite, on ne peut en rien la changer, la transformer ! » alors, de lui répondre la suite de notre verset : « qu’il observe » ארגמן (l’écarlate) qui de nature est rouge comme le sang ; cependant, parfois ce qui est à l’origine rouge (ex : le sang.) peut se transformer en blanc (ex : le lait maternel, après l’enfantement). Changer sa nature matérialiste est donc possible à l’image du sang se transformant en lait.

De plus, si l’homme dépense son énergie et ses jours à poursuivre les honneurs, il tâchera, dit la suite du verset, à songer au ver de terre (תולעת). En effet, que deviendra ses honneurs une fois mort, dans la tombe. Le ver de terre sera alors plus honoré que lui, se nourrissant de sa chaire (מרבה בשר מרבה רימה). L’individu avide d’honneur se verra alors relayé à la deuxième place et non à la première (comme il l’a toujours voulu de son vivant), d’où le terme שׇנִי (pouvant se lire aussi שְנִי : deuxième) placé dans notre verset après le mot (תולעת). Ainsi en ayant à l’esprit toutes ces pensées, l’homme alors aura l’espoir de se constituer cet habit spirituel tressé (משזר comme le rapporte notre verset. On peut peut-être ajouter לע״ד que le terme משזר se compose de 2 mots שם et זר, ainsi l’habit spirituel nous permet après 120 ans d’avoir au גן עדן un bon שם et un זֵר une couronne de gloire comme il est dit : “צדיקים יושבים בגן עדן ועטרותיהם בראשיהם ”

Des 606 Mitsvot (וַשֵש cité par le verset fait 606 Béguématria) que les béné Israël ont de plus que les goyim (n’en n’ayant que 7). Hors, même si aujourd’hui nous ne pouvons pas accomplir toutes ces 606 Mitsvot, le fait même d’y penser en les étudiant, nous sera considéré comme les ayant accomplies concrètement (מחשבה טובה ה’ מצרפה למעשה), d’où les termes finissant notre verset « מעשה חשב » (le mot חשב faisant référence à la pensée מחשבה et le terme מעשה à l’action).

Related Articles