Home ParachaVayikraChémini La Paracha de Chémini

La Paracha de Chémini

Au sujet de la mort de Nadav et Avihou, il est rapporté un midrach surprenant qui dit : « lorsque Iyov eut vent de la mort de Nadav et Avihou, il s’exclama en ces termes : (  לזאת יחרד לבי à travers cela, mon cœur tremblera) ».

A priori, on peut se demander quelle pourrait être le lien entre Iyov et la mort de Nadav et Avihou ?  De plus, en quoi le décès des 2 fils d’Aaron entraîna que le cœur de Iyov trembla ?

Le ‘Hida HaKadoch, rabbi Haïm David Yossef Azoulay dans son fameux livres « Péta’h Einaïm » rapporte à ce sujet une explication remarquable. Dans le traité de Sota (Daf 11), nos sages nous rapportent : lorsque pharaon interrogea ses conseillers sur la conduite à adopter à l’égard des bné Israël qui ne cessèrent d’augmenter démographiquement, Bilam proposa de les détruire physiquement. Itro se sauva rapidement vers Midian refusant ainsi d’éliminer les hébreux. Quant à Iyov, ce dernier garda le silence. Ce silence lui entraîna, cite la Guémara, toutes les souffrances qu’il endura toute sa vie.

Pour quelles raisons Iyov décida-t-il de se taire ?

Et le ‘Hida de répondre : Iyov pensa qu’en se taisant, il ne serait pas puni par Hachem. Il croyait en effet que seul Bilam serait sanctionné, ayant conseillé à pharaon l’anéantissement des hébreux.

Hors, lorsqu’il eut vent de la mort de Nadav et Avihou découlant du fait que ces derniers avaient déclarés : « (מתי ימותו שני הזקנים (משה ואהרון» « Quand viendra le moment où les deux anciens sages d’Israël mourront, nous prendrons alors leur succession pour conduire le peuple d’Israël », il comprit alors la raison des souffrances qu’il endurerait.

En effet, la Guèmara nous précise que c’est Nadav qui a dit à Avihou : « מתי ימותו שני הזקנים » Avihou, lui s’est juste « contenter » d’écouter les dires de son frère sans émettre la moindre opposition. Malgré tout, nous voyons que ce manque de réaction, d’opposition entraîna également sa mort tragique. Ainsi, on peut comprendre le Midrach citant : « lorsque Iyov eut vent de la mort de Nadav et Avihou ; Nadav ayant maladroitement parlé sur Moché et Aaron. Et Avihou ayant gardé le silence sans protester à l’égard de son frère ; il s’exclamaלזאת יחרד לבי

En d’autres termes : mon cœur doit trembler dit Iyov, car moi aussi j’ai entendu qu’on voulait détruire les hébreux (à travers Bilam) et je n’ai pas protesté.

Related Articles